ALLEZ NOUS! « Cui bono ? »

Cui bono ?

     Pour le déplacement sans doute le plus long de la saison, nous n’étions pas obligatoirement optimistes. Certes la D2 nous avait montré la voie avec une nouvelle victoire, cette fois-ci à Nancy, certes, Jo nous avait envoyé des encouragements émouvants et bien sentis, un soutien moral bienvenu rappelant qu’une équipe, ce n’est pas qu’un ensemble d’individus mais aussi une entité pas toujours facile à cerner… mais il faut bien reconnaître qu’avec nos blessés et absents, nous ne faisions pas les flambards. Outre ses qualités de joueur, Simon est tout de même un des moteurs du groupe (pas pour ses qualités de DJ, soyons honnêtes !), alors c’est bien le genre de pépin qui peut déstabiliser… Simon et Rémy blessés, pas de Mathieu, Quentin V parti bosser au stade Rochelais (il a du nez ce garçon…), Rémi parti roucouler (non, ça ne signifie pas soigner sa technique de la roucoulette), bref, il manquait du monde. Rajoutons pour faire bonne mesure la béquille reçue par Antho jeudi à l’entraînement.

     Lionel vient pour jouer les pompiers tout autant que les grands frères (pour ne pas le froisser, je ne dirais pas les papas !) Aoron fait son retour, de même que Quentin L et N’Famady vient se lancer dans le grand bain. A signaler aussi le renfort de madame Fred au volant, venue glaner quelques potins et suppléer Nathalie (toujours HS) et Fredo qui bossait. Sans pour autant y voir une corrélation évidente la venue de mme Fred concomitait (si si, c’est un barbarisme) avec le mutisme de l’auto radio, habilement comblé par l’organe de Jean François nous entonnant une très réaliste «Romance du 14 juillet» tandis que les jeunes s’adonnaient à un « blind test » (sic) sur les chansons des films de Disney. Comme nous étions sagement partis avec une belle marge de sécurité temporairement parlant, nous pouvions nous arrêter un bon moment pour un en-cas revigorant mais aussi une balade superbe le long de la côte bretonne : superbe !

     L’arrivée se fait dans un gymnase sympa mais hyper bruyant pour une rencontre -18 du club contre Saint-Cyr (la responsable du club m’a annoncé plus de 300 licenciés et 13 rencontres à domicile ce week-end là !!!). Le 7 initial est un peu comme celui de la D2 : a priori improbable mais pourtant efficace. Baïna se met en évidence d’entrée de jeu, par un tir tout en finesse dont il a le secret, Pierre conclut une contre-attaque en finesse et Coco plante un de ses lobs de 10m dont il a le secret. By jove m’exclamais-je in petto (mon côté capitaine Blake). Mais bon, quelques minutes après Julien doit revoir l’édifice et il lance N’Famady dans le grand bain. Baïna crédité de deux fois 2min en peu de temps sort, cap’tain Antho rentre pour ce qui va être une de ses meilleures parties : buteur ou passeur pour un monsieur Antoine de gala (supersonique, à l’idée du barbecue du lendemain, sans doute) et nous prenons nos aises au tableau d’affichage. Steven boitille et grimace après avoir été « traité » mais il serre les dents tandis que N’Famady serre le jeu, qu’Aoron serre les poings après moult arrêts et que Julien serre les f… mais non que dis-je, je m’égare. Enfin l’idée est là, tout roule. Nicolas avec son short blanc (il paraît qu’il n’y a pas de short bleu convenant à son anatomie et qu’il ne veut pas affoler les foules avec un modèle poutre apparente qui serait indécent… bref, secret de vestiaire oblige je ne m’éterniserai pas.) alterne l’excellent et le désinvolte à son accoutumée, Baïna rumine sur son banc, Djimo vient soutenir son petit frère sur le terrain et nous atteignons la pause nantis d’un petit matelas : 16 à 12. Le moment pour dire à Jean François qu’il est par trop laconique sur le fil facebook et que nos milliers de fans trépignent et s’indignent à des km de là.

     Alors que dans l’oreillette nous recevons la nouvelle de la large victoire d’Hennebont à Dautry, nous reprenons la partie en sachant qu’on ne pourra compter que sur nous. Tout roule, jusqu’à la 38è, 20 à 16, mais patatras, on prend un 5 à 0 en 4min !!! Julien ne prend pas de TM (j’en profite pour dire que c’est ce que j’aurais fait mais que lui ne s’est pas affolé, je diverge donc, alors que lui dit bi… bon je m’égare à nouveau !). 41è, ils prennent l’avantage pour la première et dernière fois du match 21 à 20. Steven et monsieur Antoine nous redonnent des couleurs, et Lionel rentre suppléer un très bon Aaron qui commence à fatiguer. Antho et monsieur Antoine vont secouer tout ça et on reprend 2 ou 3 buts d’avance, mais il faut reconnaître que l’édifice a plus que tangué. Lionel assure, N’Famady est épatant dans son rôle, on respirerait presque normalement. À 2’30 de la fin, on est à +3, tout terrain de nos adversaires… +2, +1, peste. Il reste 10 s, N’Famady plein fer plein centre : poteau !!! Heureusement un adversaire malheureux n’arrive pas à contrôler le ballon qui file en touche. N’Famady qui n’a pas bougé le récupère une nouvelle fois et score à la sirène. « Caramba, le coup passa si près… ».

     Merci les bleus se délecte sobrement JF sur le fil facebook, je ne vois pas trop quoi rajouter : plusieurs des gars reconnaissaient après match avoir été en-dedans, pas trop dans le coup, mais pour le moment ça passe, fluctuat nec mergitur, et comme me le disait ma Pauline, « Ce sont toujours les survivants qui racontent l’histoire, la victoire est là, le reste n’est que florilège ». Sinon, nous sommes très bien reçus par la suite, alors que nous venons sans doute de mettre la tête sous l’eau aux plescopais, une roborative collation nous attend avant de repartir. Bravo à Pierre (À noter tout de même qu’il n’a pas pris de 2 min !), tout autant excellent dans son combo « crêpe-saucisse » que dans son numéro de « bonjour, je m’appelle Quentin de Montargis » ou dans ses fines analyses de la rencontre concernant Baïna qui ruminait encore. Bref, un après match agréable, des dirigeants et des bénévoles vraiment sympas.

     Il est 23h30, 5h de minibus devant nous … Il ne pleut pas, Antho se flingue le genou en remontant dans le bus, monsieur Antoine m’assure d’un 9/9 alors que j’ai osé lui coller un tir raté, Jean-François nous fait un magistral et étayé cour de grammaire sur les mots pluriels étrangers irréguliers, la vie est presque belle. Un arrêt sur une aire d’autoroute à 2h15 du matin et une arrivée vers 4h – 4h15, heureusement que le lundi est férié ! Un grand merci à Jean-François et à Fred., conducteurs émérites et très patients.

     Voilà, il reste 2 rencontres, la 2è place est assurée. Maintenant, on va aller à Royan dimanche 14 mais on va d’abord être les premiers supporters d’Aubigny dans 15 jours, quitte à leur promettre une caisse de rosé de Verneuil (mais ce serait déloyal pour diverses raisons, et pas toutes sportives !). ALLEZ NOUS et pis c’est tout.

 

ABONNEZ-VOUS

Vivez l’expérience Proligue et profitez de la nouvelle salle du LH87 grâce à votre abonnement 2016/2017. Venez vivre du sensationnel !

bouton-abo

ballons-abo

logo-rond

 

REJOIGNEZ NOS PARTENAIRES

Etre partenaire, c’est vibrer tout au long de la saison avec le LH 87 et découvrir une nouvelle façon de vivre un match de handball.

bouton-partenaires

  • Ville de Limoges
  • Region Nouvelel Aquitaine
  • Département de la Haute-Vienne
  • Limoges Metropole
  • Appart City
  • Aviva
  • Groupe Centre France
  • Credit Mutuel
  • Groupe Patrick Launay
  • Flexocolor
  • Flexocolor